1- Dispositif de formation de formateur complet et démultipliable dans différents contextes et territoires, licences CC by SA


Coop-tic, méthodologie de démultiplication, à la manière de "code source"

Pourquoi la méthodologie de formation ?

Cette méthodologie est formalisée à partir d'une expérience Coop-tic. « Formation de formateurs : Comment former les porteurs de projet collaboratifs » Elle a pour vocation d'aider les formateurs à organiser une formation sur ce sujet.

Quels sont les enjeux ?

L'avènement de l'internet et des outils Web.2.0 a déjà modifié et continue de modifier de plus en plus rapidement nos modes de vies et nos pratiques professionnelles. Les scientifiques s'accordent à dire qu'il ne s'agit pas d'une mode passagère mais plutôt d'un profond changement culturel. L'univers de l'abondance des contenus et des connaissances facilement accessibles, les relations horizontales de réseaux , les multi-temporalités et la vitesse de changements induisent des méthodes de travail qui sont celles de partage , d'échanges, de co-production dans les relations non hiérarchisées... de collaboration. Les modes participatifs d'action des acteurs de territoires commencent à émerger en gagnant sur des modèles plus passifs qui consistent à appliquer une décisions venue "du haut". Des acteurs s'organisent en communautés qui, grâce à des outils web, peuvent agir efficacement. Mais toutes ces nouvelles pratiques ne sont pas « naturellement » acquises dans le contexte dominant qui reste encore celui du profit et de l'intérêt individuel. Un accompagnement et des formations sur ces nouvelles formes de production collective, de participation et d'implication dans les territoires sont nécessaires.

Quel est l'intérêt ?

Former aux pratiques collaboratives en formation continue présente plusieurs intérêts, et ce d'autant plus qu'elle ne sont pas enseignées dans les parcours scolaires, (et sur aucun niveaux de la formation formelle) :
  • elles sont de plus en plus nécessaires dans de nombreux champs professionnels (travailler avec les autres, en réseaux , avec les outils du web est de plus en plus fréquent),
  • elles sont efficaces pour travailler dans les environnements d'abondance d'information et de changements rapides,
  • elles font partie de tous les référentiels des compétences du 21ième siècles et donc sont reconnues pertinentes pour investir l'avenir,
  • elles sont associées à la capacité à innover des organisations,
  • elles introduisent un nouveau régime conventionnel qui oppose la société individualisée et la société basée sur l'échange, la solidarité et la construction du bien commun.

Quel est le contenu de ce type de formation ?

Plus concrètement, former aux pratiques collaboratives signifie le développement des capacités à :
  • Animer des réseaux (avec beaucoup de personnes)
    • comment faire vire des dynamiques collaboratives ET SURTOUT les faire perdurer sur le net
    • comment faire vivre des expériences collaboratives à plus de 10000 ? Seuls les outils du web peuvent nous permettre de les envisager et de les animer correctement et dans la durée
    • comment faire vivre les réseaux qui sont des plus en plus des "agrégations éphémères d'individus" et dont la participation est de plus en plus fluctuante ?

  • Conduire des projets coopératifs, collaboratifs (au sein de plus petits groupes, des équipes par ex)
    • comment intégrer les gens dans le processus de décision et d'action (et pas juste d'exécution)
    • comment créer les conditions de coopération et faire face à la complexité et imprévisibilité du monde
    • comment recréer des conditions favorables au travail (actuellement la non coopération au travail crée du stress et beaucoup de pathologies) (voir podcast ici)

  • Identifier et utiliser les outils numériques facilitant le travail collaboratif
    • comment choisir "un bon outil" ?
    • comment s'adapter au foisonnement de nouveaux outils techniques (dans le domaine émergeant du Net les solutions techniques "bougent très vite" ?
    • comment cultiver la flexibilité de son réseau..?

A savoir avant de se lancer

Il est important d'être au clair avec quatre sphères que la formation implique
4poles.jpg?
Tout concepteur de formation (organisme ou formateur "freelance") doit être conscient de ces 4 sphères et de ce qu'elles impliquent. Il sera rare de rencontrer un climat favorable au sein des ces 4 sphères et ce d'autant plus si la formation est "une commande". Toutefois, veiller à prendre en compte du mieux possible ces 4 sphères aide grandement à la réussite de la formation.

Une fois ces 4 sphères clarifiées, il convient de se pencher sur ces aspects :
  • Qui sont les les bénéficiaires ? : à qui la formation s'adresse-t-elle ? Quelle sont les préoccupations de ces futurs participants ? Dans quels contextes opèrent-ils ?
  • Quels sont les objectifs poursuivis ? : à quelle compétences va-t-on former les participants ? Dans quelles contextes pourraient elles se pratiquer ? voir le petit référentiel de compétences
  • Quelle type de formation ? : Courte, longue , à distance, en présence, hybride ?
  • Qui financera cette formation ? : Rares sont les cas où la formation (conception et animation) est financée entièrement par un fond extérieur (Europe ou autre). Le plus souvent il faudra prévoir une participation des stagiaires. Connaître les fonds de formations professionnelles pour salariés ou demandeurs d'emploi est très utile.
  • Quelle licence sera utilisée pour les contenus de cours ? Ce choix est important si le formateur veut rester en cohérence avec son contenu de formation (et ce d'autant plus s'il aborde les licences ouvertes)

Concrètement, trois choix s'imposent le plus souvent :

  • Le modèle "pas à pas : il s'agit d'une formation courte traitant d'un seul usage ou outil collaboratif. Plus simple à mettre en oeuvre, il permet au formateur de se lancer plus facilement mais aussi de plus facilement rencontrer son public face à des pratiques encore émergentes et pas évidente pour tous. Cette formation courte peut le cas échéant être un des modules d'une formation plus longue. Dans ce cas, le modèle gagne en efficacité ! Les formations suivantes étant alors plus facilement "appréhendables" par les participants. Même si ces formations courtes ne provoquent pas un renversement complet des pratiques des participants, elle amène des petits changements qui se propagent avec un effet "viral".
  • Le modèle "confort" (équivalent de 3 - 5 jours ) : on parlera d'une sensibilisation approfondie. Ce type de formation permet d'initier à des pratiques collaboratives et de donner des pistes d'actions concrètes à mener en tant qu'animateurs de réseaux.
  • Le modèle "complet" : c'est une formation longue. Une 100 aine d'heures étalées sur 3 - 4 mois. Ce format permet de comprendre les enjeux, d'acquérir les connaissances sur les principaux concepts et outils collaboratifs; de pratiquer dans son réseau professionnel les méthodes acquises en formation. Il est le plus intéressant pour l'effet produit mais nécessite une bonne implication pour la conception (adaptation du dispositif) et pour l'animation, et ce, tout au long de la formation.

Selon le modèle choisi, les conséquences sur les temps de travail, les modalités pédagogiques et en conséquences les coûts, changent.
couttableau.jpg?

Comment faire la formation aux méthodes collaboratives ?

Il serait difficile de donner une "recette type", tant les variantes et les contextes sont multiples. Nous proposons une méthodologie pour une formation de type "long" et qui émane de l'expérience "Coop-tic". Nous fournirons plusieurs liens vers des cours approfondis sur les sujets abordés.

Avant de commencer : préparer le dispositif de formation !

Cela sous-entend : Concevoir le dispositif technique, le parcours pédagogique et tout un environnement propice à l'apprentissage :

L'écosystème de formation

ecosysteme.jpg?


Pendant la formation : comment animer ?

Le métier de formateur change. C'est encore plus visible, quand l'intervention se fait dans un contexte hybride, à fort usage des TIC. L'expérience Cooptic a révélé quatre fonctions qu'un formateur doit assurer parallèlement :
  • Fonction de formateur expert : il apporte des éléments nécessaire à la compréhension, il transmet les connaissances.
  • Fonction de formateur - animateur du processus d'apprentissage : il accompagne la construction des connaissances et impulse la co-construction et les connexions entre les apprenants.
  • Fonction de formateur technicien : il est garant du bon fonctionnement des outils techniques qui accompagnent l'apprentissage. Il apporte des connaissances techniques.
  • Fonction de formateur - tuteur : il suit le projet individuel que les stagiaires ont mis en place dans leur contexte professionnelle.
Dans chaque cas, une posture spécifiques est à adopter.

Quelques conseils plus généraux d'animation :
  • Soigner le début de la formation : le groupe, même à distance, se forme au démarrage. La motivation, l'implication dans les futurs travaux communs en découlent.
    • prévoir des activités pour "se présenter", rendre ces présentation visibles (ex trombinoscope)
    • être clair avec les objectifs de la formation, les préciser, s'assurer des la bonne adéquations des attentes des stagiaires
    • identifier les connaissances initiales des stagiaires, valoriser leurs connaissances, encourager les échanges
    • clarifier l'implication nécessaire en distinguant : le temps nécessaire à l'assimilation des cours, aux échanges entres les stagiaires, au temps de production collective...
  • Instaurer le bon rythme entre les temps à distance et les temps en présence. Ces derniers ne doivent pas être trop espacés pour éviter le décrochage. Accompagner vraiment les temps à "distance" : proposer des activités régulières, avec un mode d'évaluation intermédiaire. Proposer des synthèse régulières, des relances.
  • Faire co-construire : Placer les stagiaires dans un processus de co-construction des savoirs.
  • Garder du temps pour l'imprévu, la sérendipité
  • Bien prendre le temps de former les stagiaires à quelques outils incontournables afin d'éviter le sentiment d'avoir "goûter à tout mais être capable de rien refaire une fois seul".

Après la formation : évaluer, communiquer et essaimer

Evaluer :
Toute "bonne"évaluation se pense en amont de la formation. La pratique la plus pertinente serait de travailler sur l'alignement : des objectifs -> les compétences attendues -> les situations de mise en oeuvre
L'évaluation préconisée serait celle qui permet d'ajuster l'apprentissage tout au long du processus (évaluation formatrice). Les modalités peuvent être multiples : échanges réguliers en grand groupe, les questionnaires d'évaluation individualisés après chaque module, le projet à réaliser.
Quelques liens utiles :

Communiquer :
  • Communiquer c'est rendre visible et valoriser l'expérience :
    • auprès de la communauté éducatives
    • auprès des partenaires politiques de la formation
    • dans les champs professionnels des stagiaires : animateurs de réseaux.
Le souci de cette communication est le plus souvent porté par le concepteur (organisme de formation) mais les stagiaires peuvent être aussi un excellent vecteur de communication.
Il existe de nombreux outils de communication, à titre d'exemple, ceux utilisés pour Coop-tic :

Penser la formation à long terme :
Les enjeux de l'apprentissage de méthodes collaboratives - liés à vision de la société plus solidaire et plus participative - font de la formation un outil qui s'inscrit dans d'autres démarches parallèles. Cela implique :
  • de chercher à maintenir la dynamique du groupe d'apprentissage même une fois la formation terminée, maintenir les listes de discussion ouvertes, les wikis de formation accessibles... mais progressivement se retirer en tant que formateur, laisser les personnes continuer à partager les ressources et expériences. Notre expérience nous confirment que la majorité des stagiaires reviennent sur le site de la formation pour continuer à se former.
  • penser en logique d'archipel : chaque stagiaire agit dans sa structure, dans son contexte. En plaçant toutes ces dynamiques en réseau, en archipel, les pratiques collaboratives s'en trouvent plus visibles et les stagiaires moins seuls.
  • démultiplier ou aider à démultiplier : chaque expérience particulière peut enrichir celle des autres formateurs. Formaliser les formations en "fiches retour d'expérience" ou "code source" sont des pratiques à encourager. Dans le domaine d'animation des réseaux collaboratifs le réseau anim-fr regroupe plusieurs "recettes" des projets innovants :

Exemples de démultiplication


Pour aller plus loin

E-book : faire ensemble : les parcours de formation, les fiches"outils", "méthodologie", "concepts"... toutes les ressources en libre accès pour réussir à travailler en réseau.
http://www.pole-emploi.ovh/